Barbarismes

 

Dans la chronique que je tenais mensuellement dans le magazine Windows News, j'ai eu l'idée dans le numéro de janvier 2004 de lancer un grand concours :

"Je profite également de cette tribune qui m’est offerte pour lancer un grand concours : le lecteur qui trouvera le solécisme ou le barbarisme ayant le plus grand nombre d’occurrences sur l’Internet francophone gagnera ma sympathie et, croyez-moi, cela n’a pas de prix ! Ce concours est malheureusement permanent et les bulletins de participation peuvent être envoyés sur papier libre à barbarisant@cosi.fr."

Les recherches se font principalement sur Google (mais l'utilisation d'un autre moteur de recherche est autorisée) en cochant la case Pages francophones. Voici quelques-unes de mes trouvailles :

Barbarisme Moteur de recherche Nombre d'occurrences Commentaire
conclua Google 1 210  
atteigneront Google 23  
acquerri Google 44  
"école des Chartres" Google 590  
dilemne Google 4 350  
pécunier Google 865  

et celles d'autres internautes :

Barbarisme ou Solécisme Moteur de recherche Nombre d'occurrences Commentaire
"un espèce de" Google 9 770  
"c'est des" Google 85 200  
solutionner Google 17 000  
rénumération Google 37 900  
"voire même" Google 80 500  
omnibulé Google 206  
acquéri Google 578  
renvoit Google 18500  
croivent Google 10400  
joigner Google 897  
aréoport Google 11 300  
si j'aurai Google 32 000  
si j'aurais Google 72 100  
infractus Google 709  
obnibuler Google 339  
aéropage Google 19100  

Note du 16 avril 2007

Il semblerait que ce petit concours, lancé il y a plus de trois ans déjà, passionne de nombreux visiteurs de mon site qui m'écrivent pour me faire part de leur trouvaille. Malheureusement, il m'arrive assez souvent de refuser les perles qu'ils m'envoient et je tiens ici à tenter de me justifier. À l'origine, j'avais bien précisé dans ma chronique qu'il s'agissait de trouver des barbarismes ou des solécismes et j'entendais par là des formes qui n'existent pas (barbarisme) ou l'emploi abusif de formes existantes (solécisme). Il est d'ailleurs intéressant de noter les définitions du Grand Robert pour ces deux termes :

Barbarisme

Faute grossière de langage, particulièrement celle qui consiste à employer des mots forgés ou déformés, à se servir d'un mot dans un sens qu'il n'a pas. Voir Impropriété, incorrection, solécisme. — Mot ainsi employé. | Solutionner (au lieu de résoudre) une question est un barbarisme.

Solécisme

Emploi syntaxique fautif de formes par ailleurs existantes (opposé à barbarisme).

La définition que donne le Grand Robert du terme barbarisme est finalement plus large que la mienne, même si la définition du terme solécisme restreint cette signification en l'opposant au barbarisme.

Quoi qu'il en soit, j'avais à l'époque l'idée de me concentrer uniquement sur les barbarismes ; de plus, dans la mesure où le nombre de solécismes est beaucoup plus important que le nombre de barbarismes, il me semble plus intéressant de se focaliser sur ce type d'erreurs. J'avoue le caractère éminemment subjectif de cette décision, mais je ne souhaite pas non plus faire concurrence à d'autres sites Web qui sont consacrés aux erreurs que nous commettons quand nous nous exprimons en français. Ainsi, je suis désolé d'avoir à refuser les envois suivants qui m'ont été soumis récemment :

Il faut également noter qu'il m'arrive de refuser certains véritables barbarismes que l'on me soumet. Il peut y avoir plusieurs raisons à cela et notamment le fait que je ne suis pas aussi puriste que j'en ai l'air. Certains de mes correspondants considèrent en effet que des termes techniques couramment employés par une profession sont des barbarismes. Dans cette optique, on m'a souvent proposé comme barbarisme le mot "implémentation" ; même si je suis d'accord avec le fait qu'il s'agit au départ d'un anglicisme, force est de constater que tous les informaticiens emploient ce terme qui figure aujourd'hui dans les dictionnaires.

Un cas récent m'a posé plus de problème : le vocable "bravitude". En la matière, je n'ai pas voulu être plus royaliste que le roi et j'ai décidé de ne pas ajouter ma voix au concert des protestations...